skip to Main Content

GSX et GSX 2 : des voitures « pleines de vie »

En cette année 2020, synonyme de son cinquantenaire, nous continuons à explorer les différentes versions de la Citroën GS.

Au salon de Paris 1974, pour étoffer la gamme GS, sont notamment présentées la GSX et la GSX 2.
La GSX est basée sur la GSpécial mais avec une présentation sportive.
Calandre noire, feux longue-portée Cibié, lame de pare-chocs AV avec butoir central en caoutchouc, petits enjoliveurs de jante et écrous de roue spécifiques apparents, encadrements de vitres latérales teinte carrosserie ou noirs avec le coloris spécifique jaune hélianthe.
A l’intérieur, une belle sellerie Targa anthracite, des sièges baquet avant à appui-tête intégrés et un combiné d’instruments à cadrans ronds Jaeger sur fond alu brossé du plus bel effet.
La GSX 2 est identique à la GSX avec en supplément la lunette arrière chauffante, des feux de recul, un allume cigare et surtout l’adoption d’un nouveau moteur de 1222 cm3 retravaillé, développant 65 ch DIN à 5750 tr/mn pour un couple maxi de 9,3 mkg à 3500 tr/mn, permettant d’atteindre la vitesse maxi de 157 km/h (148 km/h pour la GSX).
Toutes les deux légères et compactes, les GSX et GSX 2 ont des accélérations franches compensées par un essieu avant anti-cabreur ainsi que par des barres stabilisatrices avant et arrière qui diminuent le roulis dans les virages. Le freinage est assuré par quatre freins à disques assistés. La suspension hydropneumatique permet de passer les cuvettes et les dos-d’ânes vite et confortablement.
Comme il était écrit dans le catalogue en 1974 à leur sortie : « GSX ou GSX 2, voici deux voitures au tempérament fougueux qui vous permettront avec un petit budget de vous initier sans risque à la conduite sportive ».
En option, il était possible d’avoir un toit ouvrant (ou toit vinyl pour la GSX 2), des glaces teintées, la radio, des ceintures de sécurité à l’arrière, la lunette arrière dégivrante (pour la GSX).