skip to Main Content

Les vélos Peugeot

pub_Cycles_Tamagno_1899
pub_cycle_1936

Les débuts du Cycle
Après la draisienne (engin de locomotion à 2 roues inventé en 1817 par le Baron von Drais, que l’on fait avancer en poussant sur le sol avec ses pieds), le premier concept de vélocipède à pédale revient aux frères Michaux qui créèrent en 1861 un système de pédalage rotatif sur la roue avant.
Puis vient le goût d’aller plus vite, et comme la vitesse dépend de la circonférence de la roue motrice, on augmente le diamètre de celle-ci, et le vélocipède devient bicycle ou “Grand Bi”. Son utilisation est rendue très acrobatique du fait de sa roue avant de 1,40m de diamètre. On améliore l’engin, on le dote d’une transmission sur la roue arrière par l’intermédiaire d’un pédalier et d’une chaîne, de roues de diamètre égal, du roulement à bille, de la jante creuse. Le bicycle devient bicyclette ou encore tricycle ou encore bicyclette à deux places : le tandem.
Peugeot Frères fabrique des “Grand Bi”, des bicycles et des tricycles à Beaulieu (Doubs) dès 1885 et commercialise les 18 cycles de présérie, 6 de chacun des modèles, à la foire de Paris de 1886. C’est un succès incommensurable ! Tout le monde ne parle que des vélos Peugeot ! En 1892, le catalogue des Fils de Peugeot Frères propose 6 modèles de bicyclettes, et 6 tricycles dont un à deux places en tandem. Peugeot Frères fabrique 8 000 bicyclettes à Beaulieu.
Toutes les armées du monde ont leurs courriers cyclistes, et le temps arrive où l’on voit plus de bicyclette que de chevaux. En 1894 Peugeot construit le cadre en utilisant des tubes étirés à froid, puis en 1896, les dessine avec le tube supérieur horizontal : la bicyclette a trouvé sa forme classique. On transforme les modèles, on les affine. On invente la roue libre, le freinage par câble flexible. On remplace le bandage en caoutchouc par des pneus gonflables (inventé par Dunlop en 1888).
Les innovations se suivent à allure forcée : on croit apporter un progrès en montant une transmission qui au lieu de se faire par l’intermédiaire d’une chaîne, se fait par arbre et engrenages. Mais malheureusement on déchante rapidement, la chaîne est tout de même plus souple et fiable.
La bicyclette pliante, inventée par le Capitaine Gérard et lancée en 1900, sera produite jusqu’en 1920. Cette bicyclette est beaucoup utilisée pendant la première guerre mondiale par le premier régiment de chasseurs cyclistes. Les soldats pouvaient la transporter sur le dos sans entraver leurs mouvements, ni les gêner dans le maniement des armes.

Des années 1910 aux années 60
En 1910, Peugeot Frères à Beaulieu fabrique 80.000 bicyclettes.
Cette même année est créée la Société des AUTOMOBILES ET CYCLES PEUGEOT par la fusion des activités automobiles et cycles des Sociétés Automobiles Peugeot et Peugeot Frères.
En 1926 : Création d’une société indépendante des Automobiles, la Société CYCLES PEUGEOT, qui produit 130 500 bicyclettes par an.
Dès les premiers temps du cyclisme, on avait compris la nécessité de diminuer le poids de la machine, car celle-ci ne peut elle-même se déplacer que sous l’effort humain ; là aussi le poids c’est l’ennemi.
L’emploi des alliages légers a permis de réduire de 30% le poids d’une bicyclette.
On remarque sur le tandem de 1939 beaucoup de pièces en alliages légers (roue, guidon, poignée, etc.)
En 1939, l’effectif de Cycles Peugeot est de 3 000 personnes et la fabrication se réparti en 100 000 bicyclettes et 7 000 vélomoteurs et motocyclettes.
La catégorie “Bicyclette à moteur auxiliaire”, créée en 1926, continue de se développer avec en 1949 le lancement du Peugeot-Vap PHV 25, véritable bicyclette mixte sur laquelle est montée un moteur auxiliaire sur le côté gauche de la roue arrière. Mais bientôt un véritable cyclomoteur arrive avec le “BIMA” qui lui est équipé d’un moteur central avec entraînement à galet sur la roue arrière.
En 1950, Cycles Peugeot produit 158 700 bicyclettes, 29 400 vélomoteurs et 12 000 motocyclettes et triporteurs.
Les études commerciales confirment que la clientèle féminine est la première par son importance chez les adultes : sur 100 bicyclettes, 56 sont des vélos dames.
C’est pourquoi les CYCLES PEUGEOT se sont efforcés de lui rendre ses lettres de noblesse et d’en faire une activité (loisir et moyen de transport) élégante et attrayante avec l’aide de la direction des études et des stylistes.
En 1960, Cycles Peugeot produit 165 500 bicyclettes et 107 500 cyclomoteurs.

Peugeot et la compétition cycliste
C’est par la “petite reine” que le nom Peugeot devient d’abord populaire sur les routes et chemins de France. Peugeot a dès ses débuts mobilisé des coureurs pour la compétition à l’image des cyclistes Morin et Bourillon, d’ores et déjà champions en 1895 sur piste. Le Lion Peugeot est un symbole de persévérance, de force et d’esprit de compétition.
Peugeot a toujours été présent dans le sport cycliste et gagna le Tour de France 10 fois en tant qu’équipe de marque : en 1905 (Louis Trousselier), 1906 (René Pottier), 1907-1908 (Lucien Petit-Breton), 1913-1914 (Philippe Thys), 1922 (Firmin Lambot), 1967 (Roger Pingeon), 1975 et 1977 (Bernard Thévenet). Plusieurs cyclistes gagnent un championnat du Monde sur route au guidon d’un vélo Peugeot : Tom Simpson en 1965, Eddy Merckx en 1967 et Josiane Bost en 1977. En 1985, une autre femme est sacrée Championne du Monde (de vitesse cette fois) sur un vélo Peugeot : Isabelle Nicoloso.
Peugeot s’est également distingué en vitesse grâce au champion de VTT Christian Taillefer qui a battu le record mondial de vitesse sur neige au guidon d’un vélo Peugeot en 1998 à 212,139 km/h !

Pub Cycles Peugeot-armee
Lion sur globe G. Faure 1927
pub_annees50_lion

Balayez à gauche ou à droite pour d’autres illustrations

Pub_Cycles_Tamagno_1899
Pub_annees50_lion
Pub Cycles Peugeot-armee
Lion Sur Globe G. Faure 1927
Pub_cycle_1936
Pub_Cycles_Tamagno_1899Pub_annees50_lionPub Cycles Peugeot-armeeLion Sur Globe G. Faure 1927Pub_cycle_1936