skip to Main Content

Histoire de la moto Peugeot

L’aventure de la moto Peugeot démarre en 1898 à Beaulieu, le berceau historique des deux-roues de la Marque, et de l’automobile.
Après la séparation intervenue entre les deux cousins Eugène et Armand Peugeot, Eugène récupère l’espace laissé disponible dans l’usine de Beaulieu par le départ d’Armand à Audincourt. Il va y construire des motos et des tricycles.
Une première moto est présentée au salon de 1898, équipée d’un moteur de Dion Bouton monté perpendiculairement à la roue arrière. Elle ne sera pas produite mais donne le coup d’envoi !

Les premiers motocycles construits en 1898 par Les Fils de Peugeot Frères sont des tricycles. Seule leur partie cycle est signée Peugeot, l’ensemble de la mécanique, dont le monocylindre de 239,5 cm3, est d’origine de Dion Bouton. Bien que d’utilisation peu pratique, les tricycles se vendent bien en raison de leur prix modeste. Ils constituent à la fin du XIXe siècle le premier véhicule populaire motorisé.
Le premier quadricycle apparaît en 1900. Doté d’un moteur Peugeot, il est plus puissant, mais il est aussi beaucoup plus lourd. En 1901, il recevra un refroidissement liquide de la culasse. L’année suivante, pas moins de six quadricycles — dont quatre à moteur Peugeot — figurent au catalogue, d’où disparaissent les tricycles.
En gagnant de plus en plus en puissance, mais aussi en poids, les quadricycles voient leur différence avec les petites voitures se réduire. Ils sont d’usage peu facile, difficiles à conduire et à mettre en route. Ces inconvénients les feront supplanter par les voiturettes. 1903 sera leur dernière année de production chez Peugeot.

La première moto produite par Peugeot est la « Motobicyclette », une machine légère présentée au salon de Paris de 1901. Son moteur suisse ZL (Zürcher et Lüthi) de 1 ½ HP (198 cm3) est monté en porte-à-faux sur le cadre devant le pédalier. La transmission se fait par courroie. Ultra légère, la partie cycle est celle d’un vélo renforcé.
Sur la première moto de 5CV commercialisée en 1903, le moteur passe à l’intérieur du cadre, emplacement définitif de la mécanique des motos jusqu’à nos jours. Les premières courses apparaissent.
La gamme s’élargit et les mécaniques montent en puissance. Les années suivantes voient l’apparition de bicylindres, dont certaines s’illustrent en compétition.
Pionnier de la distribution à double arbre à cames en tête dans l’automobile, Peugeot l’est aussi en moto. En 1914, apparaît une bicylindre de 500 cm3, à l’image des Peugeot de Grand Prix. Elle doit être engagée dans le Grand Prix de France, mais la guerre en décidera autrement. Elle aura tout de même le temps de battre le record du kilomètre lancé à 122 km/h. Pilotée notamment par Péan, elle remportera des courses après la guerre.
Avec les années 20, l’activité des deux roues acquiert son autonomie par rapport à l’automobile. En 1926 est créée la Nouvelle Société des Cycles Peugeot, qui regroupe les motos et les vélos.

Au début des années 30, la gamme comprend surtout des modèles populaires dont la P108 de 250 cm3, apparue en 1928 et avec laquelle Robert Pahin remporte le Bol d’Or 1933 dans sa catégorie (son frère Marcel termine 2ème en 1934). La plus grosse Peugeot n’est qu’une 350 cm3, la P107, popularisée par les périples du reporter motocycliste Robert Sexé. Pour lutter contre la concurrence britannique, qui propose de puissantes machines de fortes cylindrées, la Marque lance deux modèles de 500 cm3 quatre temps, les 515 à soupapes en tête et la 517 à soupapes latérales. Présentée au salon de Paris de 1933, la 515 bat, un an plus tard le record du monde des 24 heures à 118,747 km/h de moyenne sur le circuit de Montlhéry.

L’histoire dans l’histoire -> Afin de faire la promotion de la robuste P110, Antoine Peugeot (petit-fils d’Eugène), un des principaux ambassadeur et passionné des motos Peugeot, fit l’ascension du Montenvers depuis Chamonix le 25 Août 1931. Découvrez la vidéo de cette fabuleuse ascension au Musée de L’Aventure Peugeot (Doubs) ou sur la page Youtube de Peugeot Motocycles  https://youtu.be/Pi55bNNAUeE

Après la Seconde Guerre Mondiale, les conditions économiques difficiles sont favorables aux petites cylindrées. Peugeot produit des motos populaires deux temps de 125 cm3, dont la diffusion sera très importante. La P55 sort en 1946. C’est une 125 cm3 monocylindre, reprise d’un modèle d’avant-guerre. Un triporteur en est dérivé, le « tri » Peugeot, icône des fifties dont la publicité affirme, non sans raison, qu’il est le moins cher des véhicules utilitaires. Suivront une 175 cm3 simple et économique et une bicylindre 250 cm3 en 1953.
Peugeot est alors leader du marché français de la moto devant Motobécane et Terrot, mais l’ordre s’inversera au cours des années 50. La 356TB 125 cm3 bicylindre de 1959 sera le chant du cygne des Peugeot de cette période. Le marché de la moto régresse, victime de la concurrence conjuguée du scooter et des voitures populaires.
Rare marque survivante des 300 constructeurs, qui ont marqué l’histoire de la moto française, Peugeot a racheté au fil des années les grandes marques hexagonales à l’image de Terrot et de René Gillet. Avant de subir, comme la plupart des firmes européennes, le joug nippon.
En 1987, les activités cycles et motocycles sont séparées. L’activité motocycles est rebaptisée Peugeot Motocycles (PMTC), mais ça c’est une autre histoire…

Zoom sur la compétition -> 

Peugeot se distingue en compétition motocycliste dès 1904 en battant le record du monde de l’heure. Elle se construit alors un palmarès exceptionnel en remportant quelques unes des compétitions les plus prestigieuses :
1905 -> Doublé de Cissac et Guippone au Tour de France Motocycliste
1923 -> Victoire au Grand Prix des Nations (pilote Gillard)
1931/1932 -> Miss FOLEY gagne le Tour de France Moto au guidon d’une P107
1933 -> Victoire au Bol d’Or de Robert Pahin sur une P108 dans la catégorie 250 cm3 (6ème au scratch)
1934 -> 9 records du monde pour la P515 de 500 cm3, dont le record des 3000 km réalisés à une vitesse moyenne de 118,162 km/h
1952 -> Victoire au Bol d’Or d’André BOUIN sur une P 176 dans la catégorie 175 cm3 (5ème au scratch)
1982 -> Alain Boissonnade devient champion de France d’enduro, catégorie 80 cm3 open, au guidon d’une moto PEUGEOT TX2C
Ces records et victoires ont contribué à faire des “Peugeot” des motos de légende.

 

Sources : Archives de Terre Blanche et Livre « Motos Peugeot 100 ans d’histoire », de Bernard Salvat et Didier Ganneau. Édition EBS